CCI FRANCE JAPON

Repères

Congé paternité, rapport annuel sur le bonheur, consommation d'alcool et niveau d’éducation, découvrez tous les chiffres !

Actualités  | 

Lorsque l’enfant paraît    
Le congé paternité n’est pas dans les mœurs au Japon, mais il est pourtant en théorie très généreux. Depuis une réforme de 2010, un père japonais dispose de 52 semaines de congé paternité s’il le désire, contre 28 semaines en France (et 10 semaines en moyenne pour l’ensemble des pays de l’OCDE). Problème : moins de 2% des pères japonais prennent ledit congé paternité, contre 80% pour les pères français. Au Japon, l’épouse est toujours considérée comme la personne du foyer en charge de l’éducation des enfants, en particulier entre 0 et 3 ans.


A 45 places du bonheur absolu
Depuis 2012, l’économiste Jeffrey D. Sachs publie un rapport annuel sur le bonheur dans lequel il passe au peigne fin 158 pays selon six critères : le PIB par habitant, l’espérance de vie, la protection sociale, le pouvoir des individus sur leur propre destin, enfin le degré de générosité des habitants les uns envers les autres. Selon le rapport 2015, l’Europe est l’endroit du monde où on vit le plus heureux. Sept des dix premières places du classement sont occupées par des pays européens. La palme d’or du bonheur revient à la Suisse. La France n’occupe que la 29ème place. Mais le Japon, lui, n’est qu’en 46ème position. Points faibles de ce dernier : le manque d’autonomie des individus pour mener leur propre vie, et la baisse du niveau de vie du pays.


Paris et Tokyo sont à l’étude
Paris est la ville où il est le plus agréable d’étudier, selon l’enquête QS Best Student Cities 2016. La ville Lumière l’a emporté parmi 122 candidates jugées sur des critères comme l’attractivité, le classement des universités, la diversité des étudiants, l’opinion des employeurs sur le lieu d’études, les frais de scolarité et le coût de la vie. Les auteurs du classement notent que Paris a 18 universités et grandes écoles d’excellente réputation, des frais de scolarité très bas, et une bonne réputation parmi les entreprises. Mais Paris est désormais talonnée par Tokyo. La capitale japonaise, seulement septième l’an dernier, est aujourd’hui troisième. « La capitale du Japon est à une telle échelle que malgré 13 universités de rang international, elle a une des plus faibles proportions d’étudiants parmi sa population. Tokyo est une ville pour ceux qui désirent être en « immersion totale » dans la culture du pays de leurs études, plutôt que pour ceux qui désirent demeurer dans une ambiance universitaire », note l’étude. Cosmopolite, diverse, elle offre de nombreuses opportunités de première expérience professionnelle et est très agréable à vivre.


L’alcool s’évapore
Avec 12 litres d’alcool (pur) consommé en moyenne par an et par habitant, la France est le troisième pays le plus « imbibé » au monde. Le Japon occupe la 27ème place, avec 7,3 litres. Dans ces deux pays comme dans l’ensemble du monde développé, les adultes boivent de moins en moins d’alcool.


L’éducation se porte haut
Les étrangers qui travaillent au Japon sont frappés par le niveau d’éducation des personnes qu’ils rencontrent, fussent-ils cadres supérieurs ou travailleurs manuels. Avec raison : 59% des adultes japonais sont titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur, soit un des ratios les plus élevés au monde. Seuls 43% des Français, et 44% des Américains sont dans ce cas.


Etranger au Japon, c’est tout bénéfice !
Les entreprises étrangères présentes au Japon gagnent en moyenne beaucoup plus d’argent que les entreprises japonaises. Selon le ministère de l’Industrie, la marge nette des premières est aujourd’hui de 5,7%, contre 3,5% pour les sociétés japonaises. Dans le cas des entreprises étrangères ce ratio a presque doublé par rapport à 2008, où il s’affichait à 3%. Pour les entreprises japonaises, il était de 2,4% en 2008.


Dix fois moins

La frugalité est décidément une vertu partagée par tous au Japon. Selon le consultant Tower Watson les patrons japonais des grandes entreprises sont dix fois moins bien payés qu’aux États-Unis. Un shacho (patron) nippon a gagné en moyenne 129,5 millions de yens en 2013, contre 1,22 milliard de yens pour un CEO américain.


Critiques mais pas trop

Selon un sondage de l’institut de recherches PEW, 89% des Français estiment souhaitable de pouvoir critiquer publiquement leurs institutions. Ce chiffre descend à 67% pour les Japonais. Dans le même sondage, 91% des Japonais estiment qu’on ne doit jamais autoriser l’appel public à des manifestations violentes ; ils ne sont que 68% de cet avis en France.


Les rois de l’invention

Qui a dit que le Japon n’était plus une puissance innovante ? Selon une enquête de Thompson Reuters, 40 des 100 entreprises les plus innovantes au monde sont japonaises. Quinze d’entre elles sont dans le classement depuis plus de cinq ans, notamment Sony, Toyota, Fujitsu et Olympus, observe l’enquête. Douze entreprises nippones font leur entrée cette année dans le TOP 100, parmi lesquelles Bridgestone, Idemitsu Kosan et Kawasaki Heavy Industries. « Les entreprises japonaises ont un taux très élevé d’obtention de brevet. Ils prennent leur temps pour préparer leur dépôt plutôt que de déposer une demande de brevet à la va-vite, de manière défensive », observe l’étude. Thompson Reuters a combiné quatre critères pour son enquête : le nombre de demandes de brevets, le taux de réussite des demandes, le niveau de mondialisation des brevets et l’influence de ces brevets dans leur domaine. Un brevet protégé dans quatre zones économiques (les États-Unis, la Chine, le Japon et l’Union Européenne) est considéré comme mondial par l’enquête. Les États-Unis comptent « seulement » 34 entreprises dans le classement. La France, elle, occupe la troisième position avec 10 entreprises. Conclusion : 84 des 100 entreprises les plus innovantes ne proviennent que de 3 pays. Aucune entreprise chinoise ne fait partie du classement.

Tu ne seras point tué

Les hommes naissent libres et égaux en droits, mais certains ont des conditions de vie bien plus paisibles que d’autres. Le célèbre statisticien américain Nate Silver a relevé que sur 100.000 personnes, 19,4 Afro-Américains ont une chance d’être tués, contre 5,2 Américains en général, 1,1 Français et 0,4 Japonais. Conclusion : un Noir américain a 49 fois plus de chances d’être assassiné qu’un Japonais !

FJE-145