CCI FRANCE JAPON

La France boit la tasse

Les vins chiliens dépassent les vins français au Japon. Faut-il s’en inquiéter ?

Actualités  | 

Mauvais cru
2015 : mauvais cru historique pour les ventes de vin français au Japon. Pour la première fois de son histoire, l’Archipel lui a préféré le vin chilien. En dix ans, le Chili a grimpé du cinquième au premier rang parmi les importations de vin : les importations de vins chiliens au Japon ont été multipliées par 6,4, tandis que les importations françaises ont reculé de 6,5% ! Une nouvelle qui a fait les choux gras de la presse. La NHK lui a consacré de longues minutes en prime time. Les raisons de cette ascension : une montée en qualité mais aussi l’accord de libre-échange signé par le Japon et le Chili en 2007, qui a supprimé 92% des droits de douane sur les produits chiliens. Celui-ci offre un avantage comparatif à la production de ce pays par rapport à la production française, en particulier sur les vins d’entrée de gamme (80% du marché nippon). Les producteurs français rongent leur frein, otages de négociations d’accord de libre-échange entre Bruxelles et Tokyo en carafe depuis des années.

Agressifs
« Les Chiliens sont très agressifs. Ils importent beaucoup de vin en vrac et le font embouteiller ici », raconte un importateur français. 21% du vin chilien importé est embouteillé sur place, notamment dans la région vinicole japonaise de Yamanashi. « Nous ne pouvons pas nous battre sur le prix. Nous essayons donc de nous battre sur la qualité et le storytelling », explique-t-il. Les vins à 500 yens (3 euros) en vente dans les convenience stores (épiceries) du pays sont presque tous chiliens. Aujourd’hui, un vin français coûte en moyenne 1029 yens au Japon, contre 602 yens pour un vin chilien. Imbattable. Il serait cependant injuste d’attribuer aux seuls vins chiliens le mérite d’attaquer avec succès les vins français. Si la part de marché française dans les importations de vins a diminué en dix ans, celle des vins espagnols a progressé, et celle des vins italiens s’est maintenue. Seuls les grands crus français demeurent hors d’atteinte des attaques chiliennes. La France demeure la référence absolue en matière de vins haut de gamme. « Sur ce front-là les Français sont irrattrapables », estime Ernie Singer, président de l’importateur Millesimes.

FJE-146