CCI FRANCE JAPON

Bouillon d'innovation

Dossier  |   | HS

Bouillon d'innovation

Les innovateurs de tous bords ont rendez-vous à Osaka à Knowledge Capital pour deux jours d’innovation, de discussions et de rapprochements. Visite.

Les 6 et 7 décembre la capitale du Kansai accueille entreprises, institutions et chercheurs français et japonais dans l’impressionnant centre de conférences Knowledge Capital pour un Forum de l’innovation original. “Près de 200 personnes viennent de France”, se réjouit Benjamin Costa, cheville ouvrière du Forum et directeur de l’antenne de la CCIFJ dans le Kansai. Les organisateurs attendent près de 2000 visiteurs.
L’éclectisme du forum est à l’image de la nature de l’innovation elle-même. On y parlera de tout ou presque : smart city, textile technique, médecine numérique... Et on y trouvera les grands groupes français engagés depuis leur création dans l’innovation comme Orange, Veolia, Dassault Systèmes ou Total. “Nous présenterons notre politique d’innovation qui a en 2 volets : interne, à l’initiative de nos employés à tous les niveaux hiérarchiques, et externe, par le soutien que nous apportons à une multitude de start-ups innovantes du secteur de l’énergie, via les 150 millions de dollars que notre fonds de capital-risque Total Energy Ventures a investi depuis 2009” explique Total. Valeo, une des plus innovantes et des principales entreprises françaises au Japon, vient présenter SCALA, son scanner laser qui repère tout obstacle devant les véhicules. Ou Air Liquide, un des principaux acteurs étrangers impliqués dans la conversion du Japon à l’hydrogène comme nouvelle source d’énergie. “Le Japon est en avance sur beaucoup d’industries de pointes (électronique, robotique, numérique...). Il compte beaucoup sur l’innovation pour répondre aux défis de notre temps : le changement climatique, les besoins des villes de demain et le vieillissement de la population. L’Air Liquide y a bâti son dernier centre de R&D pour tester ses solutions et pouvoir les exporter”, observe Serban Cantacuzène, d’Air Liquide Japon. Michelin Japon participe aussi. “Nous avons développé ces dernières années des partenariats avec des laboratoires et des universités au Japon pour contribuer à la recherche-développement et nous rapprocher des enseignants et des élèves pour pouvoir recruter de futurs ingénieurs”, explique son président Bernard Delmas. Il y a aussi des entreprises françaises pour qui la technologie est devenue capitale. Comme MCDecaux, dont les abribus intelligents commencent à transformer le paysage des grandes villes japonaises. “Nous concevons avec notre partenaire Mitsubishi des innovations adaptées au marché japonais. Nous présenterons au forum un mobilier urbain intelligent multiservices (chargeur USB, wi-fi, plan de ville interactif, informations sur les désastres en temps réel...)” explique Jean-Côme Lanfranchi, de MCDecaux.
Enfin on trouve de nouveaux acteurs français nés au Japon. Comme Alldonet. “Pour nous le forum est l’occasion de montrer notre travail avec l’entreprise IMV. Grâce à notre plateforme internet, IMV met dans le cloud les données que recueillent des senseurs placés dans des immeubles et des infrastructures pour vérifier leur solidité” explique son fondateur Laurent Safa. Ou Synphatec, entreprise de consulting lancée par Francis Cinget dans la pharmacie qui œuvre au rapprochement entre acteurs français et japonais. C’est une sorte de retour aux sources : la pharmacie est née au Japon. “Les sièges de plusieurs grands noms du secteur sont toujours à Doshomachi, le quartier historique de la pharmacie, avec son temple shinto consacré au dieu de la médecine” observe Francis Cinget. Il y a aussi des acteurs japonais bien sûr. Comme Toyal. Le géant de l’aluminium établi depuis trente ans en France à Accous présentera ses dernières innovations. Le fabricant d’extincteurs Hatsuta, qui espère séduire le marché français, sera aussi présent. Un événement qui clôt l’année franco-japonaise de l’innovation, mais qui est peut-être un départ. “C’est la fin du début” plaisante Laurent Safa.

En route pour le Sud

Le Forum est aussi une occasion pour souligner l’attractivité de la France. Deux territoires français seront particulièrement à l’honneur à Osaka : la ville de Marseille, qui viendra présenter ses charmes et son dynamisme notamment avec la venue d’un chef japonais établi dans la cité phocéenne. Marseille accueille aujourd’hui le premier pôle universitaire français. La ville a développé des pôles d’excellence dans la santé, les sciences de la vie et de l’énergie. Elle conserve de formidables atouts : un emplacement géographique imprenable, qui couvre le sud de l’Europe et la Méditerranée, et une richesse historique et naturelle fantastique. La mairie est représentée par Didier Parakian, et le conseil régional par Bernard Deflesselles.
L’autre région à l’honneur est l’Occitanie, première région française en terme de recherche, en pointe notamment dans la santé et les sciences du vivant. C’est aussi la quatrième région touristique française, et une ruche industrielle notamment dans l’aéronautique et le spatial. Elle sera représentée par Carole Delga.

FJE-148