CCI FRANCE JAPON

Des robots et des hommes

Que nous réservent les robots ? Le professeur Hiroshi Ishiguro qui développe les humanoïdes les plus innovants (robot à son image, robot de l’écrivain Natsume Soseki...) est leur meilleur confident

Actualités  |   | France Japon Eco

On attend énormément des robots au Japon. On leur demande de résoudre le sous-emploi, la prise en charge du vieillissement de la société... Ne place-t-on pas trop d’espoir en eux ?

Nous vivons une "bulle" autour des robots. Pepper est à la peine faute de nouvelles appli- cations. Le robot Asimo de Honda, dont on attendait beaucoup, a été oublié. Et tant de start-ups sont nées, ont englouti les deniers publics, et ont disparu... Mais cette bulle a toujours existé. La Renaissance était fascinée par les robots. En 1893, George Moore a fait rêver l’humanité avec un robot qui fonctionnait à la vapeur. Nous sommes aujourd’hui passionnés par les robots interactifs, avec qui nous pouvons travailler.

De quoi est faite cette fascination ?

N’oubliez pas que les humains se distinguent des animaux par la propension à l’innovation. Une chaise, un crayon, une chemise et tous les objets qui nous sont familiers sont nés de la technologie, au point qu’on pourrait dire que nous sommes des êtres technologiques à 90%. Bref que nous sommes nous-mêmes déjà des quasi-robots ! Les machines deviennent de plus en plus conviviales. Nos autocuiseurs de riz, nos systèmes de navigation embarquée automobile nous parlent...

Les robots semblent avoir atteint un plateau, sans réelle innovation depuis quelques années.

Nous améliorons les robots en permanence. Mes robots en sont à leur quatrième génération. Ils sont portables et tiennent dans une petite valise. Ils peuvent donner des conférences à ma place, gratuitement (ils voyagent en soute alors je demande toujours la classe business !). Tout le monde veut les toucher, alors que personne n’a envie de me toucher, moi ! Ce qui nous amène à la question de l’identité. Nous injectons de l’humanité dans nos robots, ce qui nous permet de mieux comprendre l’Homme. La plupart des ingénieurs qui développent des robots n’aiment pas les Hommes.

Quelles sont vos créations les plus originales ?

Nous développons un robot qui aurait la personnalité de l’écrivain Natsume Soseki. Nous avons ses écrits mais aussi son masque funéraire, et par là nous espérons ressusciter sa personnalité et réconcilier les points de vue des chercheurs sur lui. Ce robot aurait une grande influence sur les étudiants en littérature japonais. Nous avons aussi développé Beicho, un androïde basé sur le fameux conteur de rakugo (art japonais du conte) Beicho Katsura III. J’espère ainsi allonger sa carrière. 

Une autre de nos créations est “Geminoid”, un andoïd relié à distance à un humain par des capteurs. Si une personne embrasse Geminoid, la personne à l’autre bout des capteurs sent le baiser. Imaginez les applications pour une personne âgée, alitée en permanence... Cela veut dire qu’une personne handicapée peut à nouveau avoir un corps. Ou “Telenoid”, une sorte de peluche sur laquelle les personnes atteintes de démence inventent leur propre robot.

FJE-149