CCI FRANCE JAPON

White motion, le chevalier blanc de l'automobile

Français et Japonais luttent contre le "piratage automobile"

Dossier, Articles France Japon Eco  |   | RA

CONTRÔLE
La vidéo est disponible sur Youtube. On y voit un homme prendre le contrôle d'une voiture sur une autoroute américaine à distance, en pleine vitesse. La preuve irréfutable qu'un esprit mal intentionné peut déjà s'emparer d'une, voire de centaines de voitures pour voler, tuer, percuter... Il suffit par exemple qu'une voiture dispose d'une autoradio pour qu'un terroriste puisse utiliser celle-ci comme "porte d'accès" dans la voiture et prenne le contrôle de fonctions critiques comme l'accélérateur ou le frein... Or la cybersécurité demeure assez rudimen­taire dans l'automobile. "Il y a quatre aspects à la cybersécurité : la protection, la détection, la réaction et la réparation. On parle souvent de protection, mais il ne faut pas négliger les trois autres aspects", explique Yuichi Kuramoto, pdg de White Motion.

ASSOCIATION
Cette société commune formée par le géant de l'équipement automobile japonais Calsonic Kansei et la petite startup française Quarkslab est en train d'inventer la cybersécurité adaptée à l'automobile. "Beaucoup de gens parlent de cybersécurité, et beau­coup parlent d'automobiles, mais peu d'entreprises qui maîtrisent les deux secteurs. Nous, oui", assure Yuichi Kuramoto. Les sociétés de conseils comme PwC ou Deloitte connaissent bien le monde de la cybersécurité mais pas celui de l'automobile ; et les constructeurs de leur côté ignorent la cybersécurité. Yuichi Kuramoto espère combler le vide entre deux mondes qui s'ignorent. Sa société propose une forma­tion à la cybersécurité, des bilans de vulnérabilité des modèles automobiles aux attaques et des solutions technologiques de cybersécurité. Ils peuvent aussi effectuer des tests grandeur nature. "Nos clients sont des constructeurs, mais nous voulons aussi être connus du grand public. S'ils connaissent White Motion, les automobilistes demanderont nos solu­tions", explique Yuichi Kuramoto.

FJE-152