CCI FRANCE JAPON

Le monde selon Ogata

Shinichiro Ogata est un des plus grands designers japonais actuels, un de ceux, rares, qui font le lien entre la tradition et l’artisanat de son pays et le monde contemporain. Alors qu’il s’apprête à ouvrir un espace consacré à la gastronomie, au thé et à l'art de vivre japonais à l’étranger, à Paris, il explique sa conception du design

Shinichiro Ogata

Articles France Japon Eco, Dossier  | 

Vous avez la particularité d’être à la fois un désigner, un architecte d’intérieur et jusqu’au concepteur des menus de vos restaurants et de votre pâtisserie japonaise. Cette approche holistique est-elle importante pour vous ?

Je ne suis spécialiste de rien. Je veux pouvoir toucher à tout, afin d'être le plus libre possible. C'est pour ça que j'ai commencé ma carrière comme architecte d'intérieur. Je voulais rapidement créer mon propre univers. Je crois que la culture ne se résume à aucune spécialité, qu'elle soit l'architecture, la cuisine ou le design. La culture est un tout. Moi j'essaie de raconter une histoire. J'essaie de donner une vision de ce que veut dire être japonais aujourd'hui, et de transmettre cette vision aux générations suivantes et aux étrangers.

Je pense que c'est ma responsabilité. Le Japon semble enfermé dans ses traditions et son artisanat aujourd’hui...

Je crois que le Japon a raté le virage du monde contemporain. Sa culture n'a pas beaucoup évolué en un siècle. Tout a changé, tout a progressé au Japon, sauf notre culture. Moi j'essaie de la réinterpréter, de la rendre accessible par l'expérience. Quand je rencontre un artisan de qualité, je le pousse dans des chemins inattendus, auxquels il n’avait pas pensés, pour rendre son art pertinent aujourd’hui. Par exemple, la cuisine kaiseki est devenue une expérience rébarbative. Je crois qu'elle peut être une expérience au contraire enrichissante, très contemporaine.

Trouvez-vous encore des talents originaux à une époque qui se méfie de l’effort et du temps, dans un Japon dont la jeunesse rétrécit ?

Oui. Beaucoup de jeunes gens sont séduits par l’artisanat aujourd’hui et se ressourcent en puisant dans le Japon. Ils connaissent aussi le monde, ils voyagent, ils ont de multiples sources d'inspiration. Je ne suis pas inquiet.

Suivez-vous des règles particulières quand vous créez un objet lié à la cuisine ?

Quand je pense à un plat ou à un ustensile je pense à son usage, à ce qu’il contiendra comme ingrédients, à l’occasion de le sortir, aux raisons de choisir celui-ci plutôt qu'un autre. Beaucoup de gens font des produits en se préoccupant de sa forme, au mépris de sa fonction. Je pense que cette approche appauvrit l’objet...

Parlez-nous du lieu japonais que vous comptez ouvrir à Paris.

Paris est un carrefour du monde et les Français comprennent l’esthétique japonaise. Ce lieu traduira l’essence de l’identité japonaise contemporaine. J’essaierai d’employer le plus de matières et d’ingrédients locaux possible, mais je ferai venir du Japon ce que je ne trouverai pas en France.

FJE-153