CCI FRANCE JAPON

Événements - Cap au Nord

La CCI met le cap sur Hokkaïdo

Événements - Cap au Nord

Articles France Japon Eco, Chambre  |   | CY

FORUM

Cap au Nord. La CCI a placé Hokkaïdo sur la carte des terres d'avenir au Japon. Elle a organisé le huit mars son premier forum économique à l'hôtel Keio Plaza de Sapporo pour marquer son territoire et découvrir avec les participants les potentiels de cette région, encore trop peu connue des investisseurs étrangers. Terre vaste, grenier agricole du pays, chaînon manquant entre le reste du Japon et l'Europe Continentale, Hokkaïdo est un discret géant, un bloc de glace qui ne demande qu'à dégeler. Le trafic aérien inouï entre Tokyo et sa capitale régionale Sapporo (avec huit millions de passagers par an, Tokyo-Sappo­ro est la seconde ligne aérienne la plus fréquentée au monde) est l'illustration quotidienne de son importance réelle et de son dynamisme.

Or Hokkaïdo est aujourd'hui au centre de toutes les atten­tions. Au Nord d'une Asie dont la classe grossissante de tou­ristes part chercher le frais (à l'inverse des Occidentaux, qui prennent la route inverse vers le Sud) ; forte d'une gastro­nomie exceptionnelle soulignée par les guides Michelin depuis 2012 ; dotée d'un patrimoine naturel inouï marqué notam­ment par le site de Shiretoko, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, l'île la plus sep­tentrionale du Japon attire les talents, en particulier dans les secteurs du tourisme et de l'agroalimentaire.

FORTE PRÉSENCE

D'où la présence de Vinci Concessions ; Nicolas Note­baert, le directeur général du groupe actuellement candidat à la gestion du réseau aéro­portuaire de l'île, avait fait le déplacement pour l'occasion. L'enjeu est de taille : la coor­dination des sept aéroports de l'île. On comptait aussi Atout France, venu partager le savoir-faire français en matière tou­ristique, une des références de la politique nationale japonaise en la matière. Hokkaïdo est souvent pensé comme une « petite Europe » par les Japo­nais, et rien de plus naturel qu'ils prennent conseil auprès de la France. Michelin, très im­pliqué dans la reconnaissance du patrimoine gastronomique de l'île, avait aussi répondu présent, ainsi que Club Med. Ce dernier vient de renforcer ses activités à Hokkaïdo en y inau­gurant en décembre dernier un second domaine skiable encore plus impressionnant que le pre­mier, à Sahoro. Nouveau venu, le groupe Barrière apportait sa contribution en présentant son groupe de casinos « à la fran­çaise » ; Hokkaido ne fait pas mystère qu'il est candidat à une des licences locales que le gouvernement délivrera bientôt pour cette activité. Et le groupe Barrière pourrait bien remporter la mise. Les Japonais n'étaient pas en reste, comme le groupe Nishiyama, qui développe à l'étranger les ramens de Sapporo, ou encore les brasseries Sapporo, et jusqu'aux fameuses langues de chat d'Hokkaïdo, fabriquées par la société Shirori Koibito. Un premier forum qui en annonce d'autres dans les années à ve­nir.

FJE-154